La distribution : parcours d’un film 

Pour comprendre en quoi la distribution est intimement liée aux salles obscures, petit récap’ sur cette branche du cinéma en pleine mutation.

 

Distribution en salles

Sur la base d’un projet, d’un scénario, ou d’un film fini, le distributeur achète au producteur – très souvent ”l’ayant-droit” – les droits de commercialisation et d’exploitation dudit film. 

Le coût des droits est extrêmement variable d’un film à l’autre, allant de quelques centaines de milliers à plusieurs dizaines de millions d’euros pour les blockbusters.

Le distributeur revend ensuite les droits d’exploitation aux salles de cinéma en vue de la diffusion du film. Il est chargé de la création des copies du film original, qui sont louées par les salles pour une fenêtre d’exploitation déterminée. Le prix des copies est évalué en fonction du potentiel commercial du film. Les films ayant un faible potentiel commercial ont peu de copies (environ 50) tandis que les blockbusters peuvent être tirés à plus de 500 copies.

bobines

Si les copies étaient auparavant sur bobines, elles sont désormais toutes numériques

Outre la diffusion en salle, les droits acquis par le distributeur peuvent couvrir la diffusion à la télévision, sur les plateformes de VOD ou encore les supports DVD. 

Les droits peuvent également couvrir une transposition littéraire. 

 

Bien que sujet ait connu quelques évolutions, le parcours de diffusion des films est sensiblement le même :

  • Sortie en salle
  • Edition en DVD
  • Diffusion en VOD
  • Diffusion sur une chaîne payante
  • Diffusion sur une chaîne gratuite
  • Rediffusion

L’objectif d’un distributeur est d’optimiser au maximum le parcours d’un film, en lui assurant rentabilité et recettes. Ces recettes sont réparties entre l’exploitant (la salle), le distributeur et le producteur. Le distributeur cherche donc à maintenir le film le plus longtemps en salle. 

distribution en salles

Distribution et promotion

 

La distribution implique souvent la promotion du film et son accompagnement. Le distributeur gère la campagne marketing la plus attractive possible et la réalisation de l’identité visuelle du film (bande annonce, visuels pour la presse, affiches pour les salles).

Il est également chargé du doublage et le sous-titrage des films étrangers avant la vente des droits d’exploitation aux salles et organise les avant-premières et les inscriptions en festivals.

 

Certaines sociétés de distribution sont également chargées des ventes internationales d’un film. Dans ce cas là, ce sont des distributeurs étrangers qui acquièrent les droits du film pour une durée et un territoire définis.

 

Sociétés de distribution et distributeurs indépendants 

 

On distingue en France plusieurs types de distributeurs: 

  • Les grosses sociétés de distribution, qui sont affiliées à des groupes de télévision ou à des sociétés de production (Century Fox, UGC Distribution, Studiocanal, Pathé Films…)

Dans ce cas, le rôle du distributeur.rice est de vendre les droits d’exploitation des films produits par la compagnie dont dépend sa société de distribution. Il/Elle peut également commercialiser les droits acquis de productions indépendantes.

 

  • Les sociétés de distributions indépendantes, réunies en syndicat (SDI). Plus petites par leurs tailles, elles sont nettement plus libres dans le choix de la sélection des films qui constituent leurs catalogues. Les sociétés de distributions indépendantes se spécialisent bien souvent dans un genre de production (documentaires, films d’horreur, courts-métrage etc…)

 

Les intervenants de notre formation en audiovisuel MBA Production TV, Digital et Cinéma sont des professionnels du secteur, producteurs ou distributeurs comme François Clerc, fondateur de la société comme Apollo Films

 

Si vous souhaitez exercer un métier dans l’audiovisuel, découvrez nos formations en audiovisuel : MBA Industries Créatives / MBA Production TV, Digital et Cinéma.