Les plateformes de SVOD en France

 

En décembre dernier, le CNC publiait son étude du marché de la vidéo à la demande (SVOD). L’occasion pour l’EMIC de revenir sur ce marché qui révolutionne le paysage audiovisuel.

>> OTT, SVOD, AVOD petit récap’ du vocabulaire des plateformes de streaming

 

Le boom du confinement

 

En 2020, on constate que le marché de la SVOD connaît en France une hausse fulgurante: + 52% de croissance en sept mois, pour un chiffre d’affaires de 798 millions d’euros.  D’après l’étude du CNC, une augmentation d’un million de consommateurs résulte du premier confinement. 

marché de la SVOD

 

Cette hausse rapide est en partie liée à la crise sanitaire mais entérine l’appétence des consommateurs pour les plateformes de vidéos à la demande. En juin 2020, le temps de streaming a dépassé le temps de consommation de la télévision pour la première fois dans plusieurs pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne, UK).

 

Le monopole américain

 

Il n’aura fallu que quelques années à la SVOD pour révolutionner le paysage audiovisuel et s’inscrire dans le quotidien des consommateurs. 

Créé en 2007, Netflix compte en Janvier 2021 200 millions d’abonnés dans le monde et 6,7 millions d’abonnés en France

Autres acteurs majeurs, Amazon Prime Video et Disney+ (nouveau  sur le marché de la SVOD) comptent respectivement 150 millions et 73,7 millions d’abonnés dans le monde.

 

Ce sont ces trois plateformes américaines qui possèdent le quasi monopole de la SVOD, avec un rythme de programmation soutenu, des catalogues extrêmement fournis, et la création de contenus originaux.

Classement des services de VàDA selon la pénétration par pays :

services de video a la demande

L’étude du CNC révèle également que les premiers consommateurs de SVOD sont les jeunes :  3/4 de leur consommation se fait « à la demande », contre 44 % chez l’ensemble des français.

 

consommateurs de SVOD

 

La multiplication des plateformes

 

Autour de ces mastodontes, d’autres plateformes viennent proposer une offre alternative ou complémentaire. On estime d’ailleurs à près de 700 le nombre de plateformes de SVOD non-américaines

 

En France, les plateformes les plus utilisées après Netflix, Amazon et Disney+ sont des plateformes VOD comme TF1VOD. Cependant, cette dernière est fermée depuis Juillet dernier à cause des difficultés de la VOD à l’unité.

classement CNC des plateformes VOD

Le modèle de la SVOD (abonnement) comme Netflix, Canal+ Séries, OCS ou encore Salto (qui rassemble TF1, M6 et France Télévision) est plébiscité par les spectateurs. Il représente d’ailleurs un chiffre d’affaires nettement plus important.

 

CNC CA de la VOD

 

En France, d’autres plateformes de SVOD plus confidentielles, dites “de niche”, attirent également de nombreux consommateurs à la recherche de contenus spécifiques : la Cinétek (https://www.lacinetek.com/fr) (films de patrimoine), Mubi (https://mubi.com/fr/showing) (cinéma d’auteur), Spicee (https://www.spicee.com/fr/decouvrir) ou Tënk (https://www.tenk.fr/) (documentaire), Bref (https://svod.brefcinema.com/) (court-métrage), Madelen (https://madelen.ina.fr/)  (la plateforme de l’Ina).

 

Le phénomène de stacking

 

L’existence de ces nombreuses plateformes a favorisé le phénomène de stacking, c’est-à-dire la multiplication d’abonnements à des plateformes. Aux États-Unis, 71% des consommateurs sont abonnés à deux services ou plus, et 24% à quatre et plus. En France, ce phénomène s’accroît un peu plus chaque année. 

 

Le financement de la production audiovisuelle

 

Depuis l’adoption de la directive européenne SMA (Services Médias Audiovisuels) le 21 décembre 2020 dernier, les plateformes de SVOD Netflix, Amazon, Disney+ etc. sont dans l’obligation d’investir dans la création française et européenne. L’objectif de cette réforme est de “garantir l’équité” entre les mastodontes américains et les diffuseurs français, et d’assurer une production audiovisuelle française et indépendante. (Le Figaro)

 

En fonction de la position que les plateformes souhaitent dans la chronologie des médias, elles devront investir entre 25%, 22,5% ou 20% de leur chiffre d’affaires réalisé en France sur l’année précédente.

 

Intéressé.e par les métiers de la production audiovisuelle ? Découvrez notre MBA Production TV, Digital et Cinéma.

 

Sources

Cineuropa. “Le financement de la création par les plateformes SVOD se précise en France.” CINEUROPA, 29 10 2020, https://urlz.fr/eIAq

CNC. “Observatoire de la vidéo à la demande.” Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC, 2020, https://urlz.fr/eIAr

Lechevallier, Pascal. “Les Français et la SVOD.” Digital Home Revolution, ZDNet, 2020, https://urlz.fr/eIAt

Le Figaro. “Audiovisuel: l’ordonnance ouvrant la voie aux obligations de financement des plateformes publiée au JO.” Le Figaro, 23 12 2020, 

https://urlz.fr/eIAu