live spectacle vivant

Contribuer à la transformation de la filière spectacle vivant

Depuis les réouvertures des salles, le public revient peu à peu. Pour retrouver une nouvelle dynamique de la filière du spectacle vivant, il faut également accompagner sa résilience.

EMIC a décidé de lancer un nouvelle classe spécialisée autour des métiers du live.

Rien ne semble faire trembler spectacle vivant Les attentats, les grèves, les gilets jaunes, puis une pandémie mondiale : depuis 2015, ce secteur a beaucoup tremblé notamment avec une perte de CA du aux différents confinements

Et pourtant, quelle que soit la colère, l’émotion, la lassitude, les difficultés économiques ou même la sidération, les professionnels sont debout. Vigilants et raisonnables mais déterminés et ambitieux.

 Sans doute parce que le public est là, lui aussi. Sans doute plus encore qu’avant d’ailleurs … Il suffit d’entrer dans un club de rock, une salle ou une aréna ces derniers jours, dans le privé comme dans le public pour s’en rendre compte : la ferveur est là, le public revient, pas à la même vitesse partout mais il revient.

Alors bien sûr, aucune de ces épreuves n’a été anodine. Bien sûr certains professionnels n’auront eu d’autre choix que de jeter l’éponge. Bien sûr, l’avenir est encore incertain. Mais une force sourde et viscérale semble unir les dirigeantes ou dirigeant des sociétés de production, des lieux, des festivals. Chacun se projette avec ambition, regarde l’avenir avec l’envie d’inventer. La vie plutôt que la peur. Le live, tout simplement. Plus fort que jamais.

Mais tous aussi s’unissent sur une certitude : on ne peut pas recommencer comme avant. Et nous ne le souhaitons surtout pas.

Les équipes ont profité – si on peut dire – des longues périodes des confinements successifs pour se former, pour remettre leurs pratiques en question et, au fond, pour progresser. La billetterie, la communication, le marketing se transforment et se digitalisent. L’investissement et le ROI deviennent une obsession. Les rapports entre les femmes et les hommes évoluent, enfin. Les productions cherchent à devenir durables et plus respectueuses de leur environnement. Et les artistes eux-mêmes s’intéressent de plus près à tous les enjeux de la scène. Les entreprises se tournent vers l’innovation et les nouvelles façons de profiter des expériences du live.

Tout cela vient s’ajouter à une transformation latente depuis une quinzaine d’années. Un peu comme si on était en train de passer du spectacle vivant au Live Entertainment : mondialisation, concentration, fusions, acquisitions, ventes successives. Et des indépendants qui eux aussi évoluent profondément et rationalisent leurs activités.

Alors, que les mutations soient structurelles ou consécutives aux crises des dernières années, elles témoignent d’un secteur résilient, agile et en perpétuelle adaptation…

La résilience du secteur c’est avant tout la résilience d’hommes et de femmes passionnés et engagés. Une somme de personnalités qui font l’intelligence collective de cette filière.

Mais il convient d’accompagner cette résilience.

Dans l’écosystème, déjà riches de bonnes volontés et d’énergie vitale, le mouvement est initié. Et à côté de lui, comme dans le système éducatif, il faut des initiatives structurantes. Des programmes de formation adaptée à la transformation du secteur.

Former aux métiers du live d’aujourd’hui et de demain des jeunes gens aussi passionnés qu’experts pour accompagner la transformation des structures du spectacle vivant est une nécessité.

Non seulement parce que ce secteur recrute, et va recruter. Mais aussi parce qu’au fond de nous, nous sentons que le moment est en effet venu de rendre au spectacle vivant le bonheur viscéral qu’il nous offre à chaque fois que le noir se fait dans la salle…

Voilà pourquoi, avec les fondateurs de l’EMIC (École de Management des Industries Culturelles), nous avons estimé que c’était le moment idéal pour lancer un Master 2 spécialisé consacré au Live.

MARC GONNET Directeur Général et Co-fondateur de DELIGHT  et Directeur de la classe spécialisée « Live » de l’EMIC

&

DANIEL FINDIKIAN Directeur Général EMIC