Théo Cottier

Portrait étudiant : Théo Cottier en Music Business chez Trace

Théo Cottier

 

Quelques mots sur vous ?

Je m’appelle Théo Cottier et j’ai 23 ans. Je viens de Montluçon (Auvergne) où j’ai vécu jusqu’à mon entrée dans l’enseignement supérieur. J’ai toujours été un amoureux de musique : d’abord au travers des albums rocks que ma mère aimait écouter, puis avec mes différents groupes d’amis qui m’ont, chacun à leur manière, sensibilisé à des styles musicaux différents. C’est cette richesse et cette diversité qui m’ont fasciné, et me fascinent encore, dans la musique.

Je travaille aujourd’hui à TRACE en Music Business – notamment sur le projet TracePro qui propose des services de réalisation de clips/ contenus en Europe et en Afrique. Je manage en parallèle Adrien FRUIT, un artiste electro-pop.

Quel est votre parcours ?

Après une terminale L j’ai intégré SciencesPo Paris, ou en plus des cours j’ai développé un certain nombre de projets personnels. J’ai notamment travaillé au développement d’une jeune maison d’édition de poésie (Le-Mot-Lame), un premier pas dans le monde de l’art qui a conforté mon envie de travailler dans les industries créatives.

J’ai ensuite intégré pour un an la University of Georgia aux États-Unis pour suivre un programme de Music Business.

Mon retour à Paris m’a permis de passer à l’étape supérieure puisque c’est à ce moment que j’ai fait la rencontre d’Adrien Fruit, que j’aide depuis sur son projet artistique. J’ai terminé mon Master 2 en Economics&Business à SciencesPo par un stage de 6 mois en marketing à TRACE.

J’y poursuis désormais une alternance en Music Business dans le cadre de mon cursus à l’EMIC.

Qu’avez vous aimé particulièrement à l’EMIC ?

Malgré le contexte difficile, l’EMIC est une base solide pour comprendre l’industrie musicale. Ensuite, c’est aussi un cadre professionnalisant qui vient compléter ma formation précédente, plus théorique. Enfin, c’est un ensemble de rencontres enrichissantes qui contribuent à créer une super émulation, et poussent à donner le meilleur de soi-même !

Que souhaitez-vous faire après l’EMIC ?

Question compliquée ! Je souhaite tout d’abord continuer sur ma lancée avec mon artiste et le développement de TracePro chez TRACE. Sur le long terme, j’aimerais ouvrir ma structure de conseil & accompagnement artistes.