Entretien avec Camille Domange, Avocat à la Cour et intervenant à l’EMIC

PhotoCamilleDomange 1Bonjour Camille, quel est votre parcours ?

J’ai étudié le Droit et les Sciences Politiques à la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence et à l’Institut de Droit des Affaires. J’ai multiplié les diplômes car j’avais une soif d’apprendre insatiable. Ayant un intérêt prononcé pour le secteur de l’art et des médias, j’ai souhaité progressivement le conjuguer avec les matières juridiques et commerciales. Cela m’a conduit à me spécialiser dans le domaine du Droit de l’Art, de l’Audiovisuel et de la Propriété Intellectuelle. J’ai eu le concours d’avocat très jeune, ce qui m’a ouvert la porte de cabinets d’avocats et de conseils internationaux de renommée dans les domaines de la propriété intellectuelle, des télécoms et des médias.

J’ai ensuite eu l’opportunité de pouvoir rejoindre le Ministère de la Culture et de la Communication. J’y ai travaillé pendant plus de 5 ans en passant de Secrétaire Général du Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique et Juriste au Bureau de la Propriété Intellectuelle, à Chargé de mission pour l’Economie Numérique puis Chef du Département des Politiques Numériques.

Une expérience incroyable au cœur des enjeux croisés de la culture, des médias et du numériques, qui m’a amené vers le n°1 des producteurs de contenus audiovisuels et numériques : le Groupe Endemol devenu, en 2017, EndemolShine. J’y ai travaillé en tant que Group General Counsel pendant 5 ans. Jusqu’au moment où l’envie d’« entreprendre » était trop forte. J’ai quitté ce Groupe média en Juillet 2019. Et quelques semaines plus tard, je créais « CDO AVOCAT », un Cabinet d’avocats dédié aux domaines de la création, du numérique et de l’innovation.

Qu’enseignez-vous à l’EMIC et quels sont pour vous les grands enjeux de la formation dans la production audiovisuelle ?

 

J’enseigne au sein du « MBA Production TV, Digital & Cinéma » les différents aspects juridiques de la Production. Les différents modules consacrés à cette matière ont pour objectifs principaux :

  • d’apporter aux étudiants une culture juridique dans les métiers de la production audiovisuelle. Cela leur permettra de développer des réflexes de base, et d’apporter ensuite un premier niveau de sécurisation juridique aux productions qu’ils pourront être amenés à gérer ;
  • de pouvoir dialoguer avec des interlocuteurs juridiques de tous niveaux et de savoir négocier des droits avec tous types d’interlocuteurs ;
  • de permettre aux étudiants d’appréhender que le socle de connaissances juridiques est clé dans de nombreux métiers de la production. Que ce soit chargé de production, directeur de production, business affairs ou des postes plus « exécutifs ».

Les grands enjeux de cette formation sont d’apporter des connaissances pratiques et transversales. Le but est en effet permettre aux étudiants d’être armés pour entrer dans un secteur en évolution constante.

Quels sont les conseils que vous pouvez donner aux étudiants qui veulent travailler dans les métiers de la production audiovisuelle ?

 

Comme je le disais précédemment, le secteur de l’audiovisuel est un environnement qui évolue constamment. Cela est notamment du à la concentration des acteurs, au mouvement de fond de convergence des contenus, ou encore à l’évolution des usages et des pratiques de consommation des contenus. Les étudiants doivent donc cultiver à tout prix la transversalité des compétences. Et nourrir leur curiosité en n’hésitant pas à sortir de leur zone de confort.