PHOTO MARCGONNET

Ouverture d’une spécialisation LIVE

À l’occasion de l’ouverture d’une troisième classe au sein du Master 2 Management des Industries Musicale, nous avons interviewé Marc Gonnet, en charge de cette nouvelle classe spécialisée sur le secteur du Live.

Marc est le co-fondateur et directeur général de Delight, une start-up ayant développé une suite d’outils de marketing digital, basés sur les données de billetterie, pour les acteurs du spectacle vivant et du live.

 

Bonjour Marc, peux-tu nous parler de ton parcours ?

 

Diplômé de SciencesPo Paris et du Celsa (Sorbonne Université), ainsi que de Maitrise d’Economie et de Finances, j’ai dirigé le marketing d’Europe 1 pendant près de 18 ans, puis la Stratégie chez Lagardère Active. En 2015, je co-fonde Delight, devenue la start-up de référence pour le Live. J’en suis aujourd’hui le Directeur général. En parallèle de ces fonctions, j’ai toujours souhaité dégager du temps pour l’enseignement, à Sciences Po depuis 20 ans et à l’Université également. Enfin, je produis et anime le podcast SOLD OUT depuis 3 ans, et j’ai le bonheur d’interroger tous les 15 jours une grande figure du spectacle vivant.

À quels métiers se destinent les étudiants de ce nouveau master « MANAGER DES INDUSTRIES MUSICALES » Spécialisation LIVE ?

 

Que ce soit au micro de SOLD OUT ou en échangeant avec les clients chez DELIGHT, de plus en plus diversifiés (salles, festivals, théâtres, prods, privés, publics), je constate que les entreprises du spectacle vivant cherchent à mobiliser de nouvelles compétences et de nouveaux profils, capables de comprendre les grands enjeux du secteur, tout en étant directement très opérationnels et capables de diversité dans leurs tâches car les équipes sont généralement assez courtes. Bref, ils recherchent des gens passionnés et polyvalents, experts et capables de s’adapter et de parler « digital première langue » dans des métiers aussi divers que la production pure, la commercialisation/diffusion, la billeterie, le marketing/communication, la programmation et l’administration.

Quels sont les points forts de ce master ?

 

En premier lieu, cette formation est certifiante de niveau 7 (BAC+5) et permet de faire suivre 455 heures de cours tout en étant en entreprise en alternance 4 jours par semaine.

Ensuite, la polyvalence des enseignements axés sur le savoir-faire et le savoir être.

Ses liens très forts avec les autres formations de l’EMIC, notamment en matière de musique et d’audiovisuels sont également des atouts majeurs car les sujets et les enjeux de transformation digitale sont liés.

Autre point fort : une équipe pédagogique d’une quarantaine d’intervenants, composée de professionnels reconnus des industries musicales et du spectacle vivant.

Aussi, un accompagnement personnalisé du projet professionnel de chaque étudiant. Et une insertion professionnelle renforcée grâce à la constitution immédiate d’un réseau, facteur-clé de succès dans la recherche d’un premier emploi.

Enfin, la participation au Midem et au MaMA Festival.