Téléchargez la
brochure
Renseignez le dossier
de CANDIDATURE

Retour à la croissance pour le marché de la musique en 2016

Pour la première fois depuis 15 ans, l’année 2016 marque le retour à la croissance du marché de la musique en France, avec une augmentation de 5,4%.

Formidable renaissance pour le marché de la musique en France en 2016

Première industrie culturelle frappée par le tsunami numérique, l’industrie de la musique est aussi la première à se relever.

Pour la première fois depuis 2002, le marché de la musique est reparti à la hausse avec une progression de + 5,4% par rapport à 2015 et se stabilise à 450 Millions d’euros, annonce le SNEP (Syndicat National des Editeurs Phonographiques) qui vient de communiquer officiellement les chiffres de marché pour 2016. 

La France, marché de la musique atypique

Le marché français des supports physique continue sa décroissance avec -2,5%. Cette décroissance est ralentie par le retour du vinyle. Après avoir pris le relais du 78 tours dans les années 50, puis avoir pratiquement disparu sous le règne du CD dans les années 90, ce support connait de nouveau un engouement avec une croissance sans précédent, puisqu’avec avec une progression de +72% en volume le vieux 33 Tours affiche une santé de fer.

C’est bien le segment de la musique numérique qui tire la croissance du marché de la musique avec une progression de +19,5%.

Le marché se répartit encore à 59% en support physique contre 41% en digital en France, alors qu’au niveau mondial, les ventes digitales viennent de dépasser les ventes physiques. Aux Etats Unis par exemple, les ventes physiques ne dépassent pas 20% du marché total.

Comme déjà souligné sur ce blog dans une analyse que vous pourrez lire ici.

Le poids des ventes physiques en France reste encore important grâce au fort maillage de magasins “brick and mortar” qui regroupent les magasins spécialisés comme les FNAC, mais aussi les Hypermarchés qui maintiennent des linéaires CDs afin d’y exposer majoritairement les “best sellers” dont les ventes se concentrent de plus en plus sur les périodes de fin d’année.

La Musique Numérique et le streaming

Dans ce segment du numérique, le marché est dopé par le streaming qui fait un bond de + 37% quand le téléchargement de fichiers lui chute de -22%.

Le marché du streaming représente déjà un tiers de la valeur du marché.

L’essentiel de la valeur provient des abonnements aux services de streaming qui marquent une croissance de +42%.

Apparu en 2008 avec le pionnier français Deezer, le streaming s’est installé définitivement dans les habitudes des Français et notre pays compte désormais 3,9 millions d’abonnés à un service de streaming soit un doublement du parc d’abonnés en 2 ans.

Parmi les facteurs de croissance du parc d’abonnés aux services de musique en ligne, on peut souligner l’arrivée d’Apple Music sur ce marché en milieu d’année 2015. Le streaming est également porté par la bonne santé d’acteurs comme Deezer qui continue son partenariat avec Orange, mais aussi Spotify qui lui s’est allié à Bouygues. A noter que l’opérateur SFR, qui ne communique pas sur ces chiffres a continué le partenariat avec le service de streaming Napster. Tous ces abonnements comptent dans les chiffres du parc d’abonnés total.

Comme le souligne Guillaume Leblanc, Directeur Général du SNEP, après dix années d’adaptation au numérique, écouter la musique en streaming est désormais un usage fréquent chez les consommateurs puisque 36% ont “streamés” plus de 28 milliards de titres sur les services de musiques légaux, soit un triplement des écoutes en trois ans.

Dynamisme de la production française et succès à l’export

Cette année encore confirme la bonne santé de la production française. En effet les productions produites en France représentent 70% du marché et 35 productions françaises se classent dans les 50 meilleurs ventes.

À côté des talents confirmés, comme Renaud ou Matt Pokora, de jeunes talents ont rencontré un grand succès dès leur premier album. C’est le cas de Kids United, Claudio Capéo et Jain qui se classent directement dans les 20 meilleures ventes de l’année.

Vingt ans après le succès mondial de la « french touch », porté notamment par le succès planétaire des Daft Punk, les artistes français connaissent de nouveau un succès à l’export puisque 38 certifications (albums et singles) export ont été décernées par le Bureau Export en 2016 (24 en 2015) et les volumes des 15 albums les plus exportés ont doublé par rapport à l’an dernier. On peut citer notamment Kungs, Christine and The Queens, Imany, Jain, Alexandre Tharaud, David Guetta, Caravan Palace qui ont rythmé l’année 2016 à l’export.

Transformation digitale réussie

Après quinze années difficiles, les professionnels de la musique se félicitent du renouveau du secteur. Non seulement le streaming compense la chute des ventes en CD et en téléchargement mais il tire désormais la croissance de tout le secteur. L’industrie de la musique a enfin réussi sa mutation vers le numérique et la filière musicale peut regarder l’avenir sereinement.