Téléchargez la
brochure
Renseignez le dossier
de CANDIDATURE

Chef de Projet Musique & Marque

MARIE MARLINGE, PROJECT MANAGER chez MY LOVE AFFAIR

nous parle de son métier.

mariemarlinge

1) Bonjour Marie, pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

Quand j’ai effectué ma rentrée à l’IUT InfoCom de Strasbourg, je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire. J’étais d’ailleurs partie quelques mois après le bac aux États Unis et je voulais devenir décoratrice d’intérieur.. on est loin du milieu de la communication et de la musique donc.
Petit à petit j’ai continué dans la communication et la publicité, sans vraiment me spécialiser. J’ai effectué un Bachelor et un M1 en stratégie publicitaire à Sup de Pub Bordeaux et Londres et j’ai eu l’opportunité d’effectuer deux stages chez My Love Affair, une agence d’endorsement musical, soit de partenariats marques et artistes. J’ai donc découvert que je pouvais marier la musique et la communication. Ce qui m’attire dans la musique, ce sont les émotions qu’elle véhicule; c’est un plaisir simple.
Ne trouvant pas de M2 qui me plaisait dans le milieu musical, je suis partie quelques mois en Asie. C’est en prenant le temps de faire des recherches et depuis ma chambre au Népal que j’ai postulé au MBA management de la production musicale et développement d’artiste créé par Daniel Findikian. J’ai donc effectué ma rentrée en octobre 2015 et ce fut une année riche en expériences et apprentissages. J’ai d’ailleurs effectué un stage chez Dessous de Scène, une boîte de production de spectacles et j’ai pris part à un projet de création de festival, le WeVibes Festival.
Raphaël Aflalo m’a contactée pour me proposer un poste de Project Manager chez My Love Affair qui ouvrait à Londres et j’ai accepté cette proposition. En effet, ce métier me permet de travailler dans les deux secteurs qui me tiennent à cœur : la musique et la communication. Puis cette ouverture sur le monde, étant à Londres et amoureuse de l’étranger, a également joué dans ma décision.
Aujourd’hui je débute donc ma carrière dans ce milieu et je tends à vouloir évoluer dans le secteur de l’industrie musicale. Il y a une multitude de choses à faire et les nouveaux modèles économiques vont permettre de créer de nouveaux canaux de communication pour les artistes. Et c’est excitant de travailler dans un secteur qui évolue, s’adapte : ça offre de belles perspectives !

2) En quoi consiste votre métier ? 

Avant tout, chez My Love Affair,  nous n’avons pas un catalogue de marques et d’artistes. Lorsque l’un de ces derniers exprime l’envie de faire un partenariat, nous imaginons une campagne qui répond à ses attentes. Nous proposons ensuite des marques ou des artistes à même de correspondre à ces attentes et faisons ensuite le lien entre les deux. Mon métier consiste principalement à m’occuper des projets en cours. Je fais donc le lien entre les marques et les artistes, veille au bon fonctionnement du projet et au respect du contrat signé par les deux parties.
Je reçois également les opportunités de placement de produit et je transmets les informations à l’équipe pour que nous puissions trouver des partenariats. Enfin, je m’occupe aussi de rédiger notre blog qui recense les partenariats marques et artistes  : http://my-loveaffair.com/blog
C’est un métier prenant mais concret car on suit le projet de À à Z et c’est satisfaisant de participer à la mise en avant des artistes et des marques. Nous essayons au maximum d’innover afin de proposer des campagnes uniques et surtout en accord avec les valeurs et de la marque et des artistes. 

3) Quelles sont les qualités requises pour faire ce métier ?

Je pense que pour faire ce métier il faut déjà être passionné par la musique et par la communication. Il faut être curieux et créatif et surtout avoir du respect pour les artistes et les marques. Il faut également savoir faire preuve de diplomatie car nous jouons un rôle de tampon entre la marque et les artistes. Être sociable et savoir s’adapter est important car nous devons créer des relations de confiance avec les labels, les artistes et les marques. Enfin il faut savoir gérer son stress, nous avons un rôle central et les acteurs se reposent sur nous en cas de mauvais fonctionnement, étant leur seul interlocuteur.